SDJ

SALLE DE JEUX ET

ATELIER COUTURE

Un large espace lumineux dédié aux jeux et à la couture était la nouvelle étape de vie dans cette maison d’une famille de 5 personnes. Après des travaux de surélévation, le plateau a été divisé en deux fonctions : une salle de jeux et un atelier couture (devinez qui a gagné le plus d’espace? ;-). Une petite frontière style loft matérialisée par une vitre atelier sur mesure (cf la sous-pente) a permis de rendre plus intime l’atelier tout en permettant à la maman de jeter un œil sur les activités des enfants.

Pour donner à la salle de jeux un vrai cachet, une cabane en bois peint accommode la pièce avec un air de petite maison de pêcheur. Les idées d’espaces diversifiés de jeu et le goût de la chine de la cliente en font un endroit convivial et réconfortant pour accueillir des heures et des heures de jeu… Plus de photos c’est ici !

FIBULALUX

EPINGLE A NOURRICE

Jusqu’à présent, reléguée au métier ingrat de la pince à culotte de moutard ou de cache misère vestimentaire, l’épingle à nourrice s’est toujours faite discrète et piquante comme il faut. Trop bien élevée pour faire une crise d’égo, elle a attendu patiemment son heure pour révéler sa rutilance métallique débarrassée de son emblème utilitaire.

Parée de ses consoeurs en chapelet bijouté, l’épingle confesse sa nouvelle image en luminaire délicat style 1900. Chapeautées d’une calotte en verre soufflé, les miss flottent au bout d’un fil vigoureux qui ne les prend pas pour des lanternes. Grisée par les spotlights on la verra bien changer de nom et virer nourrice d’une pique aiguisée bien placée. Des créations signées Sarah Colson (et pas Sarah Connor).

WALLPEPPER

ASSIETTE A VOLONTE

Vous souvenez-vous de l’assiette qui trônait dans la cuisine de vos parents ? Celle qui avait été ramenée par vos grands-parents lors de leur voyage au Portugal ? Vous l’avez longtemps ignorée puis grandissant vous avez affirmé vos goûts haut et fort pour dire que vraiment c’est une déco de M…  Cette assiette a fini par disparaître à coups de blâmes, chassée, détrônée. Elle n’avait pourtant pas dit son dernier mot l’écuelle. Elle a attendu son heure, patiemment, tapie dans un carton en sandwich entre Paul et Jacques (les pêcheurs en bois ramenés de Bretagne).

Et enfin, la résurrection de la rondelle est arrivée. On la plébiscite, on l’exhibe, on la placarde comme le nouveau Must have ! Des copines de partout la rejoignent, on les reconnaît autant à l’unité que dans la frivolité du groupe. Graphique, ethnique ou colorée fever, chacune renvoie l’identité de l’autre dans une communion enchantée. Non contents d’avoir ressorties les porcelainées, des éditeurs comme Wallpepper l’édite en version papier peint faisant fi de leur fragilité en les découpant en rouleau de 10. Les belles font le show autant dans la cuisine quand les pièces à vivre, des boutiques en font même leur icône. Elle qui avait toujours le second rôle l’attention tournée vers son contenu, la ronde a enfin une vraie heure de gloire et s’en régale.

Vous connaissez mon côté green, j’en profite donc pour tirer mon coup de chapeau à Wallpepper qui suit dans les règles de l’art une vraie éthique éco-consciente en plus de présenter des designs délirants et créatifs à afficher vite vite sur vos murs a-vides !